Marc Lombard est un architecte navale de grande réputation, responsable pour un bon nombre de "racing one" designs come le Figaro Bénéteau ainsi qu'une multitude de monocoques innovatives pour les competitions Transats et autour du monde.
Comme designer de multicoques il a une réputation innovatrice, il est l'inventeur des foils courbes qui étaient pour la première fois utilisés sur le trimaran Banque Populaire 2 en 1999. L'utilisation de ces appendices – à cette epoque une vraie révolution – a maintenant été adopté par la majorité des grands trimarans de compétition ainsi que pour les tentatives de records mondiaux.
BYM lui a demandé une opinion sur le trimaran BMW Oracle.
Marc Lombard: Mon impression est un manque total d’imagination, le projet, comme je m’y attendait  n’est qu’un super Orma. La reprise de nos foils courbe et du mat basculant sont déjà sur tous les trimarans Orma. Le projet ne m’apporte aucune surprise, si ce n’est l’accumulation de facteurs extrêmes.
BYM News: Ce bateau est carré, comme un trimaran ORMA. Pouvez-vous expliquer les mérites et démérites d’un bateau carré ?

ML: Les derniers Orma construits, apres une période « carrée » maximaliste, étaient un peu plus étroit que le carré, ce qui était une bonne évolution car, même si la voilure est en conséquence, la stabilité longitudinale est limitée a la longueur et a la portance dynamique des foils , il s’en suit qu’Oracle risque de chavirer vraiment très vite et demandera un équipage très réactif.

Il semble que la hauteur du plus petit mât est environ 55 mètres et la surface de la voilure énorme; peut être 40% plus du bateau Groupama 3 et même en comparaison avec Banque Populaire V. Pouvez-vous expliquer l’effet – avantages, désavantages ?

ML:. Le bateau va certainement lever la coque centrale bien en deça de 10 nœuds de vent réel, ce qui va en faire certes un bateau rapide dans le petit temps, mais risque de le rendre particulièrement sensible à l’enfournement dans un vent instable. Ceci dit un équipage « coupe america » devrait être capable de gérer cela.

Il est les rumeurs que ce bateau pèse seulement entre 7 et 9 tonnes, pensez-vous que ca c’est possible ou désirable ?

ML: Je pense que le bateau est plus lourd que 9 tonnes « tout équipé » , la raison principale est que l’on ne peut pas concevoir un bateau en deçà des charges maximales statiques.

Comme du temps de l’Orma , la désinformation et la culture des faux chiffres perdure..
Le problème est que les médias sont friands de chiffres,  mêmes bidons. Les équipes aussi prônent la désinformation, mais cela est de bonne guerre (le combat « america » est avant tout un combat psychologique..).

Il nous semble que ce bateau a été construit pour des ventes faibles et une mer relativement plate. Si vous êtes en accord pouvez vous expliquer les dangers pour un tel bateau, si les conditions sont plus musclées ?

ML: Dans un vent de 20 Nœuds, il est clair que le bateau avec son franc bord avant minimum  sera difficile a gérer efficacement. A vrai dire, un bateau moins toilé serait sans aucun doute plus rapide et plus sûr dans 20 noeuds de vent.
Peut être envisage-t-ils de limiter les régates a 12/15 noeuds réels, ce qui ne va pas redorer le blason de la coupe dont la récente réputation de « bateaux de lac » n’est pas sur le chemin de changer..
En tout état de cause un chavirage lors des essais ou lors des premières régates ne fera pas non plus de bien au concept « multicoque ». C’est dommage car ce sont pourtant d’extraordinaires machines a voile, les plus excitantes qui existent.

Le mât est basculante, encore une fois quelles avantages/désavantages ?

ML: L’avantage est un gain net des performances, car la poussée vélique reste horizontale et évite un accroissement du déplacement du bateau. L’inconvénient est d’ordre de la manoeuvrabilité, le transfert mat prends au moins quelques secondes et dans une régate « match race » cela limite forcement la tactique.

Avez-vous aucun idée combien de gens sera t’il nécessaires d’avoir dans l’équipage ?

ML: Je pense qu’un équipage d’au moins une vingtaine de personnes sera nécessaire a manœuvrer l’engin a peu prés correctement.

On ne sait pas quels type de bateau Alinghi est en train de construire, mais c’est peut être un bateau hybride comme le fameux Le Black. Si ca c’est le cas lequel pensez vous sera le vainqueur selon les conditions météo différentes ?

ML: Si vous parlez du cata a échelle de 41 pieds, il est certain qu’un bateau comme le trimaran Oracle sera plus rapide car sa poussée vélique/ déplacement sera toujours plus favorable.

Si un cata arrivait aux mêmes performances, se serait dans une force de vent donnée très précise, car, coques posées sur l’eau (petit temps) la surface mouillée supérieure risque de limiter le potentiel et les facultés évolutives. Dans du vent soutenu, le manque de puissance sera rédhibitoire, car si l’équipage se retrouve au rappel, il sera dur de rester alerte tactiquement.

Il me semble qu’un trimaran légèrement moins large, moins voilé et balastable dans la brise aurait été une meilleure alternative.

Je crains fort qu’il n’y ait même pas de régate pour cause d’un chavirage prématuré. Mais après tout, libre au milliardaires de se payer une fantaisie de plus. C’est dans la plus pure tradition de la coupe…

Merci Marc Lombard.
In addition to stories in this 33rd America's Cup section, you can read stories from the 32nd America's Cup . You will also find some older stories and interviews, from the last event, HERE.
Adds Image
Adds Image
Adds Image